Jean-Luc Lahaye nous fistera tous.

vaselineetjeanluc

vaselineetjeanluc

« Peut-on blâmer quelqu’un pour ses erreurs ? » Silvio Berlusconi

Amis Métaleux ou Rockeurs, sachez que vous pouvez remplacez toute les références hip-hop par vos références. Kery James peut devenir Opeth, NTM, Metallica et ainsi de suite. Faites vous plaisir, cet article est garanti sans parti-pris culturel.

Ah bâtard ! C’était pas de ta faute ! T’étais dans ta Polo avec ta meuf quand c’est arrivé. D’habitude, t’écoute du Skyrock. En boucle, c’est Kery James : « Neuf Quatre ! C’est le barça ! Neuf Quatre ! C’est le Barça ! Ahou ! ». Mais là… T’étais en train de remonter sur Malakof et la radio a coupé. Réflexe de connasse, elle a tourné le bouton pour chercher une autre radio. Dans ta tête : « Paris, c’est magique ! Parfois, c’est tragique ! Neuf ! Quatre ! C’est le BarçAhou ! », ça bat la mesure et ça sonne. Paf ! Paf ! Dans ton cerveau, ça claque et ça rebondit. Y’a comme un vieux beat dans ton tympan. Le flow est net, il coule et rebondit. Tu remues encore la tête pendant que ton autoradio vomit son hachis de fréquence. Ya du Eminem sur NRJ, tiens du France info – …Un type vient de se faire sauter en SyBzzzzzzzzzzz… –  et voilà venir France Bleue Ile de France -Bzzz… Vieux, vieux, vieux, vieux… Bzzz…-. Les chiffres varient et le bleu du compteur digital semble filer à vive allure.Quand tout d’un coup, l’espace temps se fige. Tu fredonnes. Tu chantes même.

femmes« Femme, femme, simplement je te dis… que je t’aime… je t’aime… »

D’abord, ça te surprend. Tout d’un coup, ton cerveau se connecte. Ah bah putain ! Elle a mis nostalgie, la radasse et vous êtes en train de chanter du Jean-Luc Lahaye. Un sentiment de dégoût s’empare de vous. Non ! Ce n’est pas possible ! Pas moi ! Merde quoi ! J’aime le rap français ! Booba, c’est comme mon grand frère. Ses lyrics m’ont appris la poésie. Ses instrus ont donné du rythme à mes reins quand je me tapais la sœur de Seb. Parfois, même je le citais dans l’open-space pour exprimer mon opinion sur le monde des biatchs. « Tu vois Pierre-Marie, comme le disais Booba, deux points, ouvrez les guillemets : C’est pas hallal, tout ça c’est pas hallal, J’dois faire du biff, de la mula, du caramel ». L’avantage avec ce genre de chose, c’est que P-M est un con. Il ne sait même pas ce que vous lui avez dit. Vous pourriez insulter sa mère en allemand et chier dans ses baskets, il vous donnerait raison. Pourquoi ? Booba vous a donné une crédibilité, une prestance, un phrasé. Le jour-même ou P-M comprendra la quintessence de vos propos, vous serez déjà en train de vous taper sa femme sur le divan de son salon. En plus, il écoute du Patrick Juvet et du Jean-Pierre François – on pourrait se demander d’ailleurs si cela est signe d’une stupidité latente ou d’une certaine forme de psychopathie inquiétante -. L’autre jour, vous l’avez surpris en train de fredonner un vieux tube d’Indochine. Il photocopiait les résultats de la compta. La chanson vous était resté dans la tête toute la journée. « Égaré dans la forêt infernale, le héros s’appelle… ». De l’aventurier et des chiffres… C’est bien digne de lui ! L’enfoiré !

Attaque du Cabrel Sauvage !
Attaque du Cabrel Sauvage !

Votre cœur palpite, votre sexe est en berne et vous vous retenez de pleurer. Pas vous ! Pas si jeune ! Avouons-le, c’est une attaque terroriste musicale en règle, une déclaration de guerre en bonne et due forme : « Aaaaaah la batarde ! La chienne ! La salope ! La fisteuse d’hippopotame ! … » Vous tentez de vous ressaisir, de réunir ce qu’il vous reste de bienséance. Vous en voulez au monde, vous en voulez à la vie. Ce n’était pas votre guerre, mais c’était votre espace. Vous vous sentez comme violé dans votre culture. C’est comme si un panzer allemand avait déboulé et rasé des huttes masaï dans la savane. C’est agressif ! C’est omniprésent ! C’est dérangeant ! « …94 c’est le barsim-plement jte dis ! que je t’aime ! » Vous êtes fait. Votre esprit est habité. Jean-Luc Lahaye est en vous. Il vous a fisté à froid. Ses armes ? Des mots mielleux, un son bien daté et un refrain qu’aurait pu chanter Vitaa sans rougir. Heureusement pour elle, votre copine est plutôt jolie et surtout elle veut bien de vous. Ce soir, vous avez prévue de lui faire péter le string en lui rejouant une symphonie de percussion sur le postérieur. Conclusion, non seulement vous écoutez du Jean-Luc Lahaye, mais en plus, vous ne pouvez pas lui tomber dessus. Vous serrez les dents. Non, vous ne pleurerez pas. Vous êtes un grand garçon. L’air de rien, à la première coupure pub, vous remettez Skyrock… Coup de bol, c’est un vieux Sniper. En écoutant, Pris pour cible, vous vous lavez. La vie semble reprendre…

Blague visuelle LOL
Blague visuelle LOL

…Enfin, c’est ce que vous croyez. C’est le soir. Vous êtes à poil chez vous. Votre biatch est en train de dormir. Alors que vous êtes en train de mater votre facebook et les différentes news de vos amis, une mélodie traine entre vos dents. D’abord, c’est quelques notes, à peine une instru, puis au bout de plusieurs dizaines de secondes, vous fredonnez puis chantez le même refrain : « Nin…nininin….Femme… simplement jte dis… dim dam doum bidouwa ». Dans votre esprit, un sourire bright se dessine. Autour de cette dentition sponsorisé par émail diamant, un visage au teint bronzé apparait. Des yeux mutins, une tignasse noir à la mèche savamment coiffée complètent le tableau. Vous ne fredonnez plus, vous chantez. DAMNED ! Il est là ! En vous ! Vous ne l’avez pas senti venir ! Enfin vous le distinguez, scotchez sur un fond rose à paillette ! JEAN-LUC LAHAYE ! Ah le batard ! Il vous a eu. Une nouvelle fois ! Vous êtes dégouté ! A deux doigts de vomir !.. et pourtant… Vous chantez. Après avoir jeté un regard à gauche, puis un regard à droite, vous enfilez vos écouteurs et vous vous connectez à youtube. Vous tapez rempli de honte et d’angoisse : « Jean-Luc Lahaye, Femme ». Vous baissez le son, et vous lancez la chanson. Bizarrement, l’expérience n’est pas si déplaisante. Vous vous surprenez même à reprendre le refrain non sans une joie dissimulée. Grâce à un extracteur, vous récupérez la chanson et l’ajoutez à votre Iphone. Ce sera votre secret, votre plaisir coquin dans la polo. D’ailleurs, vous ne vous arrêtez pas là. Youtube vous propose d’écouter aussi les Lacs du Conemara de Sardou et même du Jean-Jacques Goldman. Ah les cons ! Vous vous surprenez à aimer !

Les Jacquies ! Célèbre groupe francomtois !
Les Jacquies ! Célèbre groupe francomtois !

Il est 16h, vendredi soir, et tu es en bas de chez ta meuf. Comme d’hab, elle met du temps à descendre. Tu as beau expliquer à une femme, le concept de retard, elle le réinvente à chaque fois. T’es dans la polo, la zik est à fond. C’est toujours la même playlist quand elle s’engouffre dans la voiture. Il y a les frères ennemis Booba et la Fouine, Sniper, Kery James, un poil de NTM, d’IAM et de 113 pour montrer aux cousins que tu es un homme de gout. Ils font raisonner leur flow sur les basses poussées à fond. D’ailleurs les portières ronronnent à chaque beat appuyé. La première chose que votre biatch fait c’est appuyer sur pause pour mettre autre chose. Depuis quelques temps, elle a pris l’habitude de rajouter quelques morceaux pour elle sur votre Iphone. Alors qu’elle les cherche, elle découvre de nouveaux albums. « Tiens, t’écoute du Aznavour toi ?« , vous lui répondrez « Bah oui, c’est cool ! » d’un ton assuré. Vous le prendrez avec humour, mais en réalité, avant qu’elle arrive vous écoutiez une autre playlist. Celle où Goldman, Balavoine, le grand Charles, Brel ou encore Renaud se disputent la scène. Elle n’a pas besoin de savoir. Vous êtes un bâtard, bien dur et testosteroné… avec un petit peu de sensibilité bien cachée dans quelques mégas de variété. Jean-Luc et tous ses potes, nous fisteront tous.

ast

Moment sensibilité de bâtard : Cet article est dédié à tout ceux qui ont dansé dans leur salon des années 60 à nos jours en écoutant toutes ces musiques. A mes parents, mes potes, mon frère, ma soeur, mes amis facebook qui inondent leur mur de liens youtube , consommateur de cette musique navrante (mais oh combien jouissive) qu’on appelle la variété. Ils nous l’ont imposé dans leur voiture, dans leur cuisine, leur salon, leur soirée, jusqu’à nos navigateurs internet. J’ai tendance à penser que c’est un peu d’eux qu’on aiment retrouver dans ces morceaux… A ce titre je les salue tous, et je leur dédie cet article.

Signé : Un auditeur obsessionnel de Francis Cabrel

Les compléments !

La playlist du week end pour faire pleurer votre petit coeur de batard

Une photo de Ken Park (car la variétoche ça me fait cet effet là)

De la variétoche et du Philipe Katerine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *