Front National et tape sur le front.

Sans titre-2

Marine le pen se fout de ta gueule

 

« Un bulletin de vote est plus fort qu’une balle de fusil » Abraham Lincoln 

Mon ami nazi a encore frappé. La semaine dernière, il a voté. La semaine dernière, il a gagné. Il faut l’avouer, on s’en battait tous un peu des élections européennes. Bruxelles et son parlement, c’est loin. Dieu seul sait ce qui s’y passe. D’ailleurs, s’il n’y avait pas les chaines infos, l’arrivée de cet événement serait passée inaperçue. Quoiqu’il en soit, nous sommes quelques-uns (un peu moins d’un sur deux en France) à être allés voter. Allez, je ne vais pas mentir, je ne l’ai pas fait par gaieté de cœur. Pendant que les scandales touchent la sphère politique, le quotidien est toujours aussi morose. La France se lève tôt, tout comme les avocats de l’affaire Bygmalion ou ceux de Cahuzac, sans pour autant se croiser ni se comprendre.

Je l’avoue. Je me doutais du score du Front National. Pourtant, je me suis retenu d’y croire jusqu’à dimanche 20h. Je suis allé voter. Sans trop de bruit, j’ai un peu râlé en glissant mon bulletin dans l’enveloppe. Cela fait longtemps que je ne vote plus que par conviction plutôt que pour les hommes qui les incarnent. Penser l’inverse me ferait trop de mal tant je doute des acteurs politiques. Et puis, à l’heure fatidique, le score de 20% et le sourire de Marine Le Pen sont apparus comme une balafre sur mon futur. Le Front National est devenu le premier parti de France. Il n’y a pas eu de heurts. Il n’y a pas eu de cris. Juste des mines réjouies et des moues boudeuses sur les plateaux télé.  On y est : les scores historiques du Front National sont devenus des événements banals. Cette semaine, quelques manifs… « Oui, on n’a pas voté, mais on n’aurait pas voté Front National », peut-on entendre sur I-Télé. Certes.

Mon ami nazi m’a dit : « On est enfin chez nous ! ». Chez nous ? C’est quoi « Chez nous ? ». En France ? Personnellement, depuis une semaine je ne suis plus trop sûr. Il m’a expliqué que Marine allait être présidente et que le monde allait enfin changer. Je me suis demandé ce qu’en pensaient les 80% qui n’avaient pas voté FN. Et les 56% d’abstentionnistes ? Sur ces derniers, quelques pistes. Au delà du désintérêt pour une Europe abstraite et procédurière, les gens de mon entourage ont tout simplement décidé de ne plus voter. Ils ne peuvent pas voter à Gauche ou à Droite (chacun selon ses convictions) et pour les extrêmes encore moins. A partir de là, à quoi bon voter ? Il y a un profond désintérêt pour la chose politique. Comment leur donner tort ? En leur disant qu’ils donnent raison à mon ami nazi ? Voter pour ne pas qu’on vote pour vous, « bof » me dit-on.

Avec le recul, le triomphe de Marine Le Pen me fait de la peine car il n’est pas celui de l’émergence d’une France raciste. Elle est plutôt le reflet d’un certain désespoir et d’un désintérêt de mes concitoyens. J’ai plus de peine pour eux que pour mon pays. Quand l’horizon semble noir et que la réalité semble banale, que reste-t-il pour rêver ?
Je finirai sur la vidéo ci dessus. Elle a 30 ans. Pas trop de changement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *